"> 2270-4027
Vas-y clique !
Science

Darwinus massillae - "missing link" ou manque de rigueur?

Certains d’entre vous l’ont peut-être remarqué dans leurs errances sur google, mais hier la page d'accueil de notre moteur de recherche préféré arborait un bien étrange logo. Pour ceux qui sont en retard, ou ceux qui liront cet article dans plusieurs centaines d’années, voici à quoi il ressemblait en ce jour du 20 mai de l’an de grâce 2009.



Avez-vous été un peu curieux? Pourquoi un tel logo sur une page visitée quotidiennement par des millions de personnes?

La réponse en image, on se retrouve juste après.


Sans rentrer dans de la traduction mot à mot, la (plus ou moins) jolie présentatrice de la BBC nous présente Ida, jeune primate fossile de 47 millions d’années exceptionnellement bien conservée: squelette complet à 95%, une fourrure qui se devine encore, et son dernier repas figé dans la pierre. Ensuite, la journaliste nous fait remarquer que la pauvre Ida a le poignet cassé, et nous emporte dans son imaginaire où elle voit l’animal attraper pleins de trucs, se balancer de branche en branche dans une forêt de l’Eocène moyen et puis hop, Ida se casse le poignet sur une branche glissante pleine de mousse paléogénique et tombe dans la boue d’un lac volcanique germanique...

Dans la plupart des médias anglo-saxons, Ida est présentée comme un "missing-link": un chaînon manquant...Chaînon manquant vous dîtes? Une dénomination sans aucun sens puisque l’évolution n’est pas linéaire, et puis chaînon manquant à quoi d’ailleurs? Ah oui c’est vrai. à l’échelle du vivant… Celui qui a crée tout cela aurait quand même pu finir le boulot...

Bref, toujours est-il qu’Ida est un superbe spécimen, on ne saurait lui retirer cela. Complet de la vertèbre la plus terminale à la phalange la plus distale, des tissus mous fossilisés, et un contenu intestinal! Alors que ce que le retrouve dans 99% des cas ne sont que dents ou morceaux de mâchoires...

Avant d’aller un peu plus loin dans les détails, un peu de background (et d’anglicisme par la même occasion) sur la phylogénie des primates:


Cette polémique autour du “missing link” (une de plus) débute il y a 55 millions d’années environs, et concerne l’ancêtre commun des anthropoïdés, en d’autres termes les singes. Les hypothèses qui tentent d'expliquer l’apparition des anthropoïdés se concentrent sur deux groupes:

1/ Les adapidae, aujourd’hui éteints. Les adapidae sont généralement placés parmi les strepsirrhiniens (primate possédant une truffe), les primates les plus basaux, dont les représentants actuels sont les lémuriens (sur l’île de Madagascar) et loridés (dont un superbe spécimen aime les guilis ici). Les strepsirrhiniens sont caractérisés par la possession d’un “peigne dentaire”, d’une “griffe de toilette” (respectivement "toilet claw" et "tooth comb" sur l'image ci-dessous).


2/ Les tarsiiformes, regroupant les omomydae (éteints) et les tarsiers qui avec les singes, font partis des primates sans truffes, les haplorhiens.

Petite précision, les lémuriens et les tarsier ne sont pas des singes (“au sens phylogénétique du terme”, je cite Taupo).

Pour résumé, la question est: l’ancêtre commun à tous les singes ressemblait-il plus à un lémurien ou à un tarsier?

C’est là que nous revenons à notre tourbillon médiatique qu’à causé Ida cette semaine. Une publication parue dans Plos One (disponible ici) décrit notre désormais très chère Ida en tant que nouveau groupe et espèce: Darwinius masillae, que les auteurs classent parmi les adapidae. Le squelette de Darwinius masillae ne possède en effet ni griffe de toilette, ni peigne dentaire, spécifiques, nous l'avons vu, des lémuriens et loridés. Darwinius masillae présenterait selon eux des caractères spécifiques aux primates haplorhiens (notamment au niveau de la forme des dents et d’un os de la cheville).

Or nous sommes là face un petit problème phylogénique: Les adapidae sont classés parmi les strepsirrhiniens.
Les auteurs proposent donc de déplacer le groupe des adapidae à la base des haplorhiens. Par cette petite gymnastique phylogénico-arboricole, on comprends bien que Darwinius masillae devient l’espèce la plus proche de l’hypothétique ancêtre commun à tous les singes, ce qui est beaucoup plus funky que de la laisser dans la lignée menant aux lémuriens!

À partir de là, rien ne va plus. La déferlante déferle. Un des auteurs de l’article a carrément affirmé qu’Ida est “le premier chaînon menant à l’homme”!

De nombreux paléontologistes restent extrêmement sceptiques à propos de la nouvelle (pour les plus modérés d’entre eux), et s'indignent de la pauvreté des arguments scientifiques apportés, compte tenu de la qualité de conservation du fossile. En effet l’étude comparative du squelette de Darwinius masillae ne se base que sur 30 caractères tandis que les études classiques analysent 200 à 300 traits avant publication.

Maintenant, en ce qui concerne l’absence des caractères spécifiques aux lémuriens chez Darwinius masillae, les auteurs ont peu considéré l’hypothèse d’une perte secondaire de ces caractères. Sous cette hypothèse, les adapidae appartiennent au groupe des strepsirrhiniens, et auraient perdu, au cours de l’évolution, griffe de toilette et peigne dentaire, tout comme les haplorhiens. Et dans ce cas là vous vous doutez bien que vous en auriez entendu parler dans les convergence du mercredi de SSAFT, pas un jeudi.

Se serait-on empressé de publier l'analyse de ce superbe fossile l’année du 200e anniversaire du père de la théorie de l’évolution et du 150e de la publication de notre bible?

Un bon point est qu'avec cette histoire, on détourne un peu l'attention des médias de la grippe porcine causée par le virus H1N1...

Référence de l'article:

Franzen JL, Gingerich PD, Habersetzer J, Hurum JH, von Koenigswald W, et al. (2009) Complete Primate Skeleton from the Middle Eocene of Messel in Germany: Morphology and Paleobiology. PLoS ONE 4(5): e5723. doi:10.1371/journal.pone.0005723

Liens vers d'autres billets sur le sujet:

Les billets d'Ed Young Brian Switek, et de Carl Zimmer.

Article Funky ou Article pourri ?
22%
78%
41 vote(s)

Ajouter un commentaire

URL de rétrolien : http://ssaft.com/Blog/dotclear/?trackback/227