J'imagine qu'après l'ignoble article de la semaine passée, un article plus soft est de rigueur.
Donc aujourd'hui, parlons des champignons. Diverses espèces de champignons microscopiques vivent en puisant leurs nutriments à partir des excréments d’herbivores telles nos chères bêtes à cornes. Hors, le meilleur moyen de se trouver au bon moment et au bon endroit pour déguster de la bouse, c’est d’être ingéré par l’herbivore en question et excrété dans son milieu favori. Oui mais le problème, c’est que pour répéter l'opération une fois la bouse complètement dégustée, il faut être de nouveau ingéré, et vous vous imaginez bien que la vache va pas se mettre à manger sa propre bouse, ni l’herbe qui pousse autour. (bien qu'il soit vrai que les vaches sont quand même assez crades, jugez plutôt ici).
Pour certains ascomycètes et zygomycètes (des champignons quoi...), la solution est donc d’envoyer leurs spores très loin, assez loin en tout cas pour atterrir dans de l’herbe bien propre, prête à être dégustée par les bovins du pâturage. Et c’est là qu’on en vient au titre énigmatique de  cet article : il s’avère que certaines espèces de champignons utilisant ce mode de propagation sont capables de « cracher » leurs spores à une vitesse de 88 km/h ! Et ce uniquement en accumulant de la pression hydraulique dans un long appendice qui tient le projectile à son bout. Constatez vous-même dans ce film et sur cette image incroyable, obtenus avec des caméras ultrarapides capables de prendre 250000 images par seconde.


 

Les auteurs expliquent que les crachats sont si rapides (complétés en 0,25 millisecondes) qu'un clin d'œil, qui dure en moyenne 100 millisecondes, est 400 fois plus lent!

Mais on peut quand même se demander pourquoi on devrait s’extasier ou même s’intéresser à ce sujet et dépenser nos sous pour que des chercheurs se paient nos tronches en filmant des concours de glaviots (même aussi impressionnants). Et bien c’est très simple : en étudiant ce phénomène et en comprenant la manière dont ces champignons se propagent, il est envisageable de trouver des moyens de limiter la propagation de certains de ces champignons nocifs pour notre santé ou pour celle des vaches. Mieux: l'étude précise du mécanisme à l'origine de l'accélération sans précédent que subit ces spores pourra nous permettre, peut être un jour, d'être doté des meilleurs pistolets à eau de l'univers! Et après on se permet de dire que les chercheurs ne s'évertuent pas à faire progresser l'humanité...


Référence:
Yafetto L, Carroll L, Cui Y, Davis DJ, Fischer MWF,Henterly AC,, Kessler JD, Kilroy HA, Shidler JB, Stolze-Rybczynski JL, Sugawara Z, Money NP (2008). The Fastest Flights in Nature: High-Speed Spore Discharge Mechanisms among Fungi PLoS One, 3 (9) DOI: 10.1371/journal.pone.0003237 (pdf)