Evolution

Pour la seconde année consécutive, j’ai réalisé une petite présentation en vidéoconférence pour des élèves de 3ème du collège Victor Hugo, à Tulle. J’ai été invité à le faire par leur professeur, Romain Gillie qui, après avoir découvert mon blog, pensait que je pouvais leur débroussailler leurs idées reçues en évolution. L’idée était donc d’intervenir devant eux pour leur parler sur le thème de l’évolution en tant que chercheur du domaine. Et cette année, l’intervention a été enregistrée lors du Hangout (avec une coupure malheureusement au début, mais c’est pas bien grave pour comprendre):


Voilà, je ne suis pas fantastiquement satisfait de ce que j’ai fait et donc je partage le tout pour avoir vos retours et surtout vos critiques! Voici mes deux présentations Power-Point (à télécharger ici et pour avoir les animations):




Et voici le script de la présentation:

Présentation :
[Diapo 1] Bonjour tout le monde. Je m’appelle Pierre Kerner et je suis Maître de Conférences en Biologie des Organismes à l’Université Paris 7 Denis Diderot. Vous vous demandez peut-être ce que ça veut dire Maître de Conférences. En fait, cela veut dire que j’ai deux types de métiers. D’un côté, je suis enseignant à l’Université, un peu comme votre professeur, sauf que mes élèves, ce sont des étudiants qui après le Bac, sont entrés à l’université pour étudier. Mes étudiants ont entre 19 et 25/26 ans. Je leur enseigne plein de nouvelles matières en lien avec la biologie : la génétique, l’écophysiologie, le développement, la phylogénie, etc.
[Diapo 2] Et puis d’un autre côté, je suis aussi chercheur. Je travaille dans un laboratoire dans un Institut, l’Institut Jacques Monod, et j’essaie de trouver des réponses à des questions en biologie. Et plus particulièrement, je travaille sur des questions sur l’évolution en étudiant de drôles de petites bêtes, des vers marins.
[Diapo 3] Et puis quand je ne travaille pas, je fais plein d’autres choses, mais j’ai un hobby, une passion qui me prend presque tout mon temps. J’adore parler de sciences. J’ai même un blog sur lequel je n’arrête pas de parler de sujets scientifiques, mais des sujets vraiment très étranges. J’adore tout ce qui est étrange et bizarre, surtout dans le monde animal. Alors j’écris des articles dessus, et c’est comme ça que m’a découvert votre professeur et qu’il m’a invité à intervenir devant vous pour parler de ma passion.


Evolution :
[Diapo 1] A vrai dire, votre professeur m’a invité pour vous parler d’un sujet bien précis. Si je vous mets cette image, à quoi ça vous fait penser ? Moi aussi, mon premier réflexe, c’est de penser à l’évolution. Mais en fait, ce n’est pas vraiment une bonne image pour parler d’évolution. Pendant ma présentation, je vais tenter de vous expliquer ce que c’est que l’évolution et pourquoi je pense que cette image donne une mauvaise idée de l’évolution.
[Diapo 2] Alors est-ce que tout ce qui existe dans l’univers peut évoluer ? Par exemple, est-ce qu’un caillou, ça peut évoluer ? Non, pourquoi ? Et bien parce qu’il y a un processus nécessaire pour l’évolution, c’est la reproduction. Et vous aurez beau attendre, un caillou, ça ne va pas spontanément pondre plein de nouveaux petits cailloux.
[Diapo 3] Par contre, les organismes vivants se reproduisent, eux, et peuvent donc évoluer. Les organismes vivants, ça peut être une bactérie, une plante ou encore un animal.
[Diapo 4] A vrai dire, il y a aussi différentes manières de se reproduire. Une bactérie par exemple se duplique. On dit qu’elle effectue une reproduction asexuée. Elle n’a pas besoin de trouver une bactérie partenaire pour faire d’autres petites bactéries. Les plantes et les animaux, par contre, réalisent le plus souvent une reproduction sexuée. Il faut deux parents pour se reproduire. Tout ça pour vous dire que sans reproduction, il n’y aurait pas d’évolution.
[Diapo 5] Mais s’il n’y avait que de la reproduction, on n’aurait pas non plus d’évolution. Il faut autre chose de très important. Quand je vous ai montré les deux lapins qui se reproduisent, j’ai montré deux lapins parents identiques qui donnent des bébés lapins identiques. On dirait des clones. Mais est-ce que c’est comme ça que ça se passe dans la nature ? Non ! Tous les lapins ne sont pas identiques et quand ils se reproduisent, les bébés lapins ne sont pas des clones. Les parents transmettent des caractères à leurs enfants : ici, la couleur du pelage, la couleur des yeux, la taille, etc… En plus, pendant la reproduction, il peut y avoir des caractères inédits qui se transmettent. On obtient alors des bébés lapins très très divers. Tout ça, c’est ce qu’on appelle la variation. La variation, elle provient du mélange des caractéristiques des parents, mais aussi de mutations génétiques. Et encore une fois, sans variation, il n’y aurait pas d’évolution.
[Diapo 6] Mais au fait, l’évolution, c’est quoi au juste ? Et bien l’évolution, c’est le mécanisme qui explique comment les organismes vivants sont répartis en espèces très différentes les unes de autres, et comment ces espèces, au fil des générations peuvent être adaptées à leur environnement.
[Diapo 7] Pour que les espèces changent, il suffit que les individus se reproduisent et qu’il y ait de la variation. Pour qu’il y ait de l’adaptation par contre, il faut un nouveau mécanisme. Je vais l’illustrer avec des petits ronds qui représentent des organismes vivants. Cet organisme se reproduit, et sa reproduction est accompagnée de variations. Ici, il y a un des ronds qui est plus foncé que les autres. Chaque individu continue à se reproduire. Et puis soudain, là où vivent ces ronds gris, il y a quelque chose qui tue les ronds un peu plus clairs. Ça peut être une température trop chaude, des prédateurs, une maladie… Juste un truc qui fait que les ronds gris clairs meurent ou se reproduisent moins bien que les ronds foncés. Seuls les ronds foncés survivent et se reproduisent. On dit qu’il y a eu sélection des ronds foncés. Ils continuent à  se reproduire, et vous voyez qu’il y a toujours de la variation. Là, il y a un rond gris foncé qui a donné un rond clair et un rond très foncé. Encore une fois, les ronds clairs ne survivent pas. Seuls les ronds foncés survivent et se reproduisent. Ils ont été sélectionnés. Bien sûr, il n’y a pas que la couleur qui peut changer. Plein de choses peuvent changer : la forme, la taille, etc. Et bien sûr, le milieu dans lequel vivent ces ronds peut changer aussi : la température peut monter, les prédateurs peuvent devenir de meilleurs chasseurs, etc. Ici, seules les formes les plus foncées ont survécu. C’est ce qu’on appelle la sélection naturelle.
[Diapo 8] Peut être que c’est plus parlant avec un caméléon et des coléoptères. Ce que vous devez comprendre, c’est que la sélection naturelle favorise la survie et la reproduction des individus avec des variations utiles dans leur environnement, ici la couleur verte clair qui permet le camouflage. Les individus portant ces variations sont mieux adaptés à leur environnement et vont donc survivre et se reproduire.
[Diapo 9] On fait un petit résumé ? Je vous ai expliqué qu’on peut résumer l’évolution en 3 mots. D’abord, la reproduction, ensuite, la variation, et enfin la sélection. C’est clair ?
[Diapo 10] Bon, si maintenant, on reprend nos ronds et qu’on se projette dans le futur. A force de reproduction, variation et sélection, on se retrouve avec des individus qui ont des formes et des couleurs bien différentes. Et pourtant, je vous ai montré que tous ces ronds viennent d’un seul rond gris clair. Toutes ces formes sont en fait les petits-petits-petits-petits-petits enfants de ce rond gris clair.
[Diapo 11] Maintenant, je peux représenter sur un schéma, comment on est passé d’un rond gris clair à ces formes très différentes. Ce schéma, il ressemble à un arbre. Au bout de cet arbre on met nos formes actuelles. A la base de l’arbre on met la forme originelle, le rond gris clair. Et dans l’arbre on peut aussi représenter les formes qui sont mortes ou qui ne se sont pas reproduites à cause de la sélection. Ces formes-là, elles n’ont pas de descendance actuelle. Ce sont des branches éteintes.
[Diapo 12] Maintenant, si je retourne l’arbre, à quoi il vous fait penser ?
[Diapo 13] Moi, il me fait penser à un arbre généalogique, un arbre où on représente les liens de parenté dans une famille. Ici, on voit les grands parents, les parents, et les enfants. Imaginons que vous, vous êtes là. Un frère et une sœur. Ces enfants-là, ils sont qui pour vous ? Ce sont vos cousins ! Vous le savez parce qu’ils sont les enfants de votre oncle, le frère de votre mère. Et vous avez deux grands parents en commun, ce sont les mêmes. On peut dire que tous ces cousins, cousines descendent de ces grands parents. Par contre, est-ce que vous descendez de vos cousins ? Ben non ! Vous êtes juste cousins ! Et en termes de parenté, est-ce que vous être plus proche que le cousin bleu, la cousine marron ou la cousine bleue ? En fait vous êtes aussi proches, en termes de parenté, de chacun de vos cousins. Et même si j’intervertis les cousins de place sur mon arbre, ça ne change rien en terme de parenté, vous avez compris ?
[Diapo 14] J’aurai pu faire les mêmes remarques avec ces formes. Toutes ont un ancêtre commun, le rond gris clair. Ce sont toutes des formes actuelles, et donc elles ne descendent pas les unes des autres. Et enfin, ces branches-là, et bien aucune formes actuelles n’en descend. Bon et sinon, quelle est la forme la plus évoluée là ? La jaune, l’étoile, le carré ? Et pourquoi ça n’aurait pas pu être la blanche la plus évoluée ? En fait il ne faut pas confondre évolution, avec progrès. L’évolution, c’est juste le fait que les espèces se diversifient, et qu’elles tendent à s’adapter à leur environnement. A cette époque, c’est peut-être d’être sombre qui permet d’être mieux adapté. Mais dans le futur, ce sera peut-être l’inverse !
[Diapo 15] Du coup, peut être que maintenant, vous pouvez mieux comprendre pourquoi je n’aime pas cette image qui est censée illustrer l’évolution. Ici, on a l’impression que chaque individu en partant de la droite, descend du précédent. En plus, on a l’impression qu’on a un progrès.

[Diapo 16] Déjà, si je représente l’humain et les espèces qui sont les plus proches en termes de parenté, on trouve deux espèces, les bonobos et les chimpanzés. Un peu plus éloigné, les gorilles, puis les orangs outans, et enfin les gibbons. Là, ce sont les espèces actuelles. Nos espèces cousines. Les humains sont cousins très proches des chimpanzés et des bonobos, et un peu moins proche des autres espèces. Est-ce que ça veut dire qu’on descend des chimpanzés ? Non ! Rappelez-vous, vous ne descendez pas de vos cousins. Par contre, vous savez que vous et vos cousins, vous avez un ancêtre commun, pas très éloigné. Vous avez aussi un ancêtre commun avec vos cousins du 3ème degré, mais c’est un ancêtre plus lointain dans le temps. Et bien c’est la même chose avec l’humain et le gibbon.
[Diapo 17] Pour dresser un portrait-robot de ces ancêtres, on peut utiliser les fossiles. Mais le problème avec les fossiles, c’est qu’ils n’ont pas laissé leur carte d’identité sur eux. Et du coup, difficile de savoir si ce sont vraiment des ancêtres, ou si ce sont des lignées qui n’ont pas laissé de descendance. Par contre, on peut les considérer comme des espèces avec des liens de parenté avec nous, et on peut ainsi rajouter des branches sur notre arbre. Ça nous permet d’avoir une meilleure image de ce à quoi pouvait ressembler nos ancêtres communs.
[Diapo 18] Du coup, plutôt que l’image d’une marche du progrès, moi je préfère une autre image pour parler d’évolution, celle d’un arbre sphérique…
[Diapo 19] Voilà un arbre simplifié avec 3000 espèces vivantes. Ça nous permet d’une part de savoir que nous, humains, on fait partie d’une gigantesque famille. Et d’autre part, on comprend comme ça que nous, êtres vivants, on descend tous d’un ancêtre commun.

Vous remarquerez quelques diapos en plus dans la présentation: c’était juste des diapos supplémentaires en vue des questions des élèves (et oui, c’est bel et bien une queue humaine à la fin – un cas d’atavisme dont je parlerai bientôt j’espère!)


Alors, qu’est-ce que vous en pensez?