"> 2270-4027
Vas-y clique !
Strange Animals

La néoténie chez un poisson dracula


Poisson dracula! Quand on entend ce genre de nom, on s'attend à découvrir un animal imposant aux longues dents acérées, prêt à fondre sur ses proies. Malheureusement, Danionella dracula, le poisson dont on va parler aujourd'hui, n'a pas l'étoffe d'un monstre de cinéma quand on l'observe dans son aquarium...



C'est uniquement quand on mitraille au microscope électronique ce petit spécimen de 15mm de long que celui-ci révèle son véritable potentiel de Nosferatu.



danionella-dracula-de-profil_2333_w460.jpg



Cette dernière image révèle clairement les deux séries de crocs que possède Danionella dracula: une paire très longue et une série de petites dents plus menues à l'arrière. Toutes ces dents ne sont portées uniquement que par les mâles.
Au delà de la curiosité visuelle, ces dents sont beaucoup plus étranges qu'on ne peut l'envisager en regardant uniquement ces images. Pourquoi?
D'une part parce que Danionella dracula appartient à une famille de poissons large de plus de 3250 espèces qui portent le nom de Cypriniformes, et dont les membres sont caractérisés par l'absence de dents sur la mâchoire. A la place, ces poissons (comme par exemple la carpe, le poisson zèbre ou notre bête poisson-rouge) possèdent des dents pharyngiales, c'est à dire garnissant le pharynx de l'animal et jouant le même rôle que des dents buccales.
D'autre part parce que ces dents ne sont que des excroissances osseuses partant de la mâchoire, et non des structures enchâssées dedans et garnie d'émail, comme les habituelles dents des vertébrés.
Les auteurs pensent que ces dents, puisque seuls les mâles en possèdent, n'aurait pas d'utilité pour la nutrition, mais jouerait plutôt un rôle dans des combats entre prétendants lors de leurs rituels nuptiaux.

coloration du squelette crânien de Danionella dracula. os en rouge et cartilage en bleu.



Cela signifie donc que ce poisson a "réinventé" des dents. Les auteurs de l'article qui a exploré le développement de Danionella dracula n'ont pas encore étudié attentivement les mécanismes génétiques mis en place pour la formation de ces étranges structures osseuses et il serait intéressant de savoir si les réseaux génétiques qui forment les dents chez les vertébrés en possédant ont été réutilisés pour former celles-ci. En effet, il y a quelque temps, des chercheurs ont montré qu'il était possible d'entrainer le développement de dents chez le poisson zèbre (qui n'en possède pas en temps normal) en réactivant le réseau génétique responsable de leur formation chez le reste des vertébrés. Le réseau génétique est donc toujours présent chez les Cypriniformes, mais dormant. Seulement, l'expérience sur le poisson zèbre est totalement factice et n'a que peu de chances de se produire dans la nature. Est-ce que le cas naturel de Danionella dracula fournira le premier exemple illustrant la réacquisition de ces structures perdues? Ou peut être s'agit-il réellement d'une innovation morphologique sans précédent?

Mais Danionella dracula n'a pas fini de nous étonner. Vous avez peut être été surpris de la taille minuscule de ce poisson. En effet, c'est parmi les Cypriniformes que les plus petits poissons, que dis-je, les plus petits vertébrés existent (Paedocypris progenetica et ses 8mm de long). Pour atteindre ces tailles minuscules, la plupart de ces poissons ont ralenti leur développement et gardent ainsi des caractéristiques juvéniles alors qu'ils sont sexuellement matures. Cela vous rappelle quelque chose? C'est la néoténie comme Semik en parlait dans son article sur l'Axolotl.
Là où Danionella dracula bat tous les records, c'est que non seulement son développement est néoténique, mais il est même arrêté à un stade larvaire: on parle alors de pédomorphose. Par exemple, Danionella draculasemble avoir 44 os de moins que ses plus proches cousins! Ils présente en fait un squelette typique d'une étape de développement larvaire et non le squelette habituel d'un adulte.
C'est une donnée très importante parce que nombre d'évolutionnistes pensent que l'émergence d'innovation évolutive est corrélée à des évènements de pédomorphoses. En attendant une confirmation de ce modèle, moi j'attends la vidéo d'un combat de poissons dracula...

Liens:

Not exactly rocket science

Référence:

Britz R, Conway KW, Rüber L., Spectacular morphological novelty in a miniature cyprinid fish, Danionella dracula n. sp., Proc Biol Sci. (2009).

Article Funky ou Article pourri ?
54%
46%
Merci d'avoir voté ! 4249 vote(s)

Ajouter un commentaire

URL de rétrolien : http://ssaft.com/Blog/dotclear/?trackback/201