"> 2270-4027
Vas-y clique !
Strange and Funky Animal Photographer

[Strange and Funky Animal Sculptor] Alfred Keller



Bocydium globulare
Je suis récemment tombé sur l’image ci-dessus, qui représente une sacré curiosité entomologique: le membracide Bocydium globulare (J’ai parlé des folles excroissances des membracides ici). Je me suis donc dit que j’allais ajouter un si beau cliché à ma galerie de membracides de 2009 (un rapide coup d’œil aussi sur les photos de Nicolas Gompel ou Arthur Anker, mais non, ce n’était pas leur œuvre) histoire de la mettre à jour. Mais en regardant la photo de plus près, je me suis aperçu qu’il y avait un truc qui me chiffonnait: ce détourage blanc, cette ombre un peu factice. Est-ce qu’il ne s’agirait pas plutôt d’une image de synthèse (d’excellente qualité, certes, mais à ne pas rajouter à une galerie de photos).
Quelques clics plus tard, je découvrais l’incroyable vérité: il s’agit bien d’une photo, mais non pas d’un membracide mesurant moins de 10mm, mais d’une sculpture mesurant près d’un mètre!

Bocydium globulare, Alfred Keller
Bocydium globulare, Alfred Keller
Bocydium globulare, Alfred Keller
Bocydium globulare, Alfred Keller
Bocydium globulare, Alfred Keller
L’artiste qui a réalisé cette incroyable sculpture s’appelait Alfred Keller (1902-1955). Il travaillait en temps que kunstschmied (sorte d’artisan en chef) pour le musée d’histoire naturelle de Berlin (Berlin Museum für Naturkunde). Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il s'attachait particulièrement aux détails pour créer ses œuvres… Comparez les photos ci-dessus avec une photo d’un authentique Bocydium globulare:

73730205PL006_treehoppers
Bocydium globulare(3)
Bocydium globulare(4)
C’est quand même incroyablement ressemblant! Quel travail minutieux pour parvenir à un tel résultat! On ne s’étonne pas d’apprendre que chacune de ses sculptures mettait plus d’un an à être achevée. Celle de Bocydium globulare fut par exemple achevée en 1953, mais ce n’est peut-être pas celle qui aura nécessité le plus de travail. Contemplez les détails de sa sculpture de la mouche domestique, Musca domestica (50 fois grossie):

Musca domestica, Alfred Keller (4)
Musca domestica, Alfred Keller (2)
Musca domestica, Alfred Keller
Musca domestica, Alfred Keller (5)
Keller a ajouté précisément les 2653 soies qui parcourent la cuticule d’une véritable mouche pour que sa sculpture soit la plus fidèle possible…

Musca domestica, Alfred Keller (3)


Pour réaliser ses œuvres, Alfred Keller démarrait à la pâte à modeler avant de réaliser un moule en plâtre qu’il remplissait ensuite de papier-mâché. Les détails les plus fins étaient moulés à la cire et certaines structures, comme les ailes et les soies, réalisées en celluloïd et galalithe (l’ancêtre du plastique en gros). Le tout était peint au pulvérisateur sauf quelques détails chatoyants, tels les reflets métallisés de la tête de la mouche, qui nécessitaient l’ajout de feuilles d’or.
Malgré ce travail titanesque, les sculptures restaient plus économiques que l’alternative des modèles anatomiques en cire que seules les plus riches facultés de médecine pouvaient s’offrir. C’est le médecin français Louis Auzoux qui mit au point, dans les années 1820, la technique des modèles en papier mâché dont les avantages étaient nombreux: économiques, transportables, permettant la confection de pièces détachables, etc. Mais là où Auzoux créa une véritable industrie (il fonda les ateliers du Dr. Auzoux à Saint-Aubin-d'Écrosville), Keller révéla que cette technique pouvait permettre de faire des pièces de collections d’une rare beauté.

Il a ainsi créé une sculpture de puce (Pulex irritans - 1930, 1/100):

Pulex irritans, Alfred Keller (4)
Pulex irritans, Alfred Keller (2)
Pulex irritans, Alfred Keller (3)
Pulex irritans, Alfred Keller
Un moustique (Culex pipiens – 1937, 1/60):


Culex pipiens, Alfred Keller
Culex pipiens, Alfred Keller (2)
Culex pipiens, Alfred Keller (3)
Culex pipiens, Alfred Keller (4)
Un charançon du blé (Sitophilus granarius – 1940, 1/50):

Sitophilus granarius, Alfred Keller
Sitophilus granarius, Alfred Keller (2)

Sitophilus granarius, Alfred Keller (4)
Une scène lubrique de fourmi rouge (Myrmica rubra) léchant le fion d’un puceron (récoltant le miellat, quand on est poli… 1944 puis reconstruit en 1947 car l’original fut détruit pendant la seconde guerre mondiale, 1/100)
:

Myrmica rubra et puceron, Alfred Keller
Myrmica rubra et puceron, Alfred Keller (3)
Myrmica rubra et puceron, Alfred Keller (2)
Deux adorables Doryphores de la pomme de terre (Leptinotarsa decemlineata un adulte et une larve – 1940,1/50):

Leptinotarsa decemlineata, Alfred Keller (2)
Leptinotarsa decemlineata, Alfred Keller
Et puis pêle mêle, des chrysalides de papillons, le cycle de vie d’une mite, des araignées, une libellule, des punaises, une larve de mouche et une dissection de lombric:

Alfred Keller
Alfred Keller Mite, Alfred Keller
Araignée, Alfred Keller
Araignée, Alfred Keller (2)
Araignée, Alfred Keller (3)
Araignée, Alfred Keller (4)
Araignée, Alfred Keller (5)
Libellule, Alfred Keller

Punaise, Alfred Keller
Larve de mouche, Alfred Keller
Dissection de lombric, Alfred Keller 
Ce que je trouve le plus émouvant dans cette découverte, c’est qu’Alfred Keller a probablement terminé sa carrière avec sa sculpture de membracide. 56 ans plus tard, je découvrais pour la première fois ces fascinants animaux et, persuadé de présenter un animal parfaitement inconnu à mon entourage, écrivais un billet de blog. A quelques centaines de kilomètres de là, son modèle était contemplé par des milliers de visiteurs de musée. Je pense qu’à l’époque, je n’aurais pas jugé utile de rédiger un billet qui ne soit pas parfaitement original. Aujourd’hui, je me dis qu’au final, la vulgarisation scientifique c’est peut être aussi le plaisir de savoir que l’on contribue à un partage collectif par son propre émerveillement, que ce soit sous forme de billet de blog, ou de sculptures en papier mâché. 

Liens
Museum für Naturkunde
Article Why Evolution is True
Article io9
Article Science Hell Yeah
Article FloraUrbana

Références:
Kemp, M. (2010). Sculpture: Terrible wonder. Nature, 468(7323), 506-507.  DOI: 10.1038/468506a

Article Funky ou Article pourri ?
68%
32%
Merci d'avoir voté ! 1942 vote(s)

Ajouter un commentaire

URL de rétrolien : http://ssaft.com/Blog/dotclear/?trackback/2395