"> 2270-4027
Vas-y clique !
Science

Une maladie Schtroumpfante!

 

Tout le monde (du moins je l’espère) se pose des questions dans la vie. En ce qui me concerne, il en est une qui me taraude les méninges depuis le début de ma carrière estudiantine. Comme tout bon futur biologiste qui se respecte, je suis une loque en immunologie et ai très peu d’affinités pour tout ce qui touche au domaine médical. De plus, les idées anthropocentristes me répugnent et provoquent chez moi une tendance à vouloir remettre en question toutes les disciplines qui s’en rapprochent (médecine y compris). Je me suis donc depuis quelques temps interrogé sur les maladies. La vision imposée par le monde médical est très négative, selon le dictionnaire Vulgaris-médical une maladie est « une altération de l’état de santé, un état morbide dont on connait généralement la cause ». Grossièrement c’est donc quelque chose de mal qu’il faut éradiquer, moyennant une grosse vingtaine d’euros et un passage par la case pharmacie. Alors je me suis demandé s’il n’existait pas des maladies bénignes, sans dangers pour la santé, et qui auraient des effets un peu drôles, voir même avantageux. J’en ai rapidement trouvé quelques unes, par exemple la colonisation de notre système digestif par une flore bactérienne sans laquelle nous serions incapables de digérer normalement (évidement la médecine ne considère pas ça comme une maladie car les bactéries symbiotiques ne sont pas pathogènes, n’empêche que ce sont quand même des bactéries), ou encore l’exemple célèbre de la drépanocytose (anémie falciforme) qui présente un avantage dans la résistance au paludisme. Tout ceci est certes très intéressant mais ce n’est pas funky. Moi, ce que je cherchais, c’était une maladie sympa, gênante mais drôle, un truc qui rende le bout des doigts fluorescent comme E.T ou qui modifie temporairement la vision des couleurs par exemple. Eh bien aujourd’hui, j’ai découvert l’Argyrisme, ou maladie du grand Schtroumpf. Voyez plutôt :

 


L'Argyrisme: la maladie du Schtroumpf

 

Annonçons clairement la couleur (haha) : C’est impressionnant mais vrai, pas de trucage. Heureusement, cette maladie n’est pas dangereuse, il y a probablement quelques désagréments mais globalement rien de mortel ou d’handicapant cité dans la littérature. La coloration de la peau en bleu (ou gris selon les cas) en est le symptôme le plus grave, d’ailleurs, Grand-Schtroumpf a l’air de plutôt bien se porter.

 

L’original (image: Rudy) La copie (image: wordpress)

 

Plus sérieusement, cette pigmentation inhabituelle est provoquée par le dépôt de granules d’argent dans la peau ou d’autres organes. Le phénomène survient lorsque les personnes sont exposées de façon très prolongée (plusieurs mois) à de fortes quantités d’argent ou de produits dérivés. Les particules métalliques ingérées ou respirées entrent dans le système sanguin où elles se lient avec des protéines du plasma (en particulier l’albumine). Elles se promènent ainsi à travers le corps et viennent ainsi se fixer où bon leur semble avec une préférence pour la peau, le foie, la rate et les glandes surrénales (il paraîtrait même qu’elles pourraient se fixer dans les tissus nerveux).

 

Deux coupes histologiques tirées d’un biopsie d’épiderme chez un
patient atteint d’Argyrisme (images: Dermatology online journal)

 

Argyrisme
Chez certains la coloration peut même atteindre les yeux, paradoxalement c’est tout de suite moins glamour (image: www.doh.state.fl.us)

 

Par le passé des cas d’Argyrisme ont notamment été recensés chez des ouvriers travaillant dans des usines produisant des dérivés argentiques (nitrate d’argent ou oxydes d’argent utilisés en photographie). Mais, si son nom n’a été cité pour la première fois qu’en 1840 par un certain Fuchs, la maladie est connue depuis le VIIIème siècle. En effet, au Moyen-âge et encore longtemps après (il semble même que ça revienne à la mode aujourd’hui), on se soignait comme on pouvait des maux de tous les jours. Aussi, il existait de nombreux remèdes un peu fantaisistes, des recettes de Grand-mère pour guérir tout et n’importe quoi. Parmi la liste des élixirs miracles des siècles passés, on retrouve l’argent sous de nombreuses formes : métallique pour réaliser des plombages dentaires, nitrate d’argent pour guérir l’épilepsie, feuilles d’argent pour prévenir des infections, gouttes d’arsphénamine d’argent pour lutter contre la syphilis… miraculeux je vous dis. Problème : l’ingestion répétée, ou simplement le contact prolongé avec une grande quantité d’argent peut provoquer des maladies graves (ulcères à l’estomac notamment) ou moins dangereuses (comme l’Argyrisme). Le produit a donc été abandonné par les médecins au profit de médicaments à l’efficacité un peu plus rigoureusement prouvée (émergence des antibiotiques).

 

Mais c’était sans compter sur la résistance de la médecine empirique ! Les Grand-mères se sont organisées dans l’ombre et ont profité de la manne Internet pour monter une vaste opération de trafic de leur « nouvelle médecine naturelle » : l’Argent Colloïdal. Encore mieux que de simplement dealer sa dope, le gang des Mamies vous explique même comment en produire chez vous, à la maison, pénard dans vos charentaises, le chat posé sur les genoux tout en matant le JT sur France 3 Régions (vous imaginez bien que je me refuse à faire de la pub pour ce genre de pratiques, je m’abstiendrai donc de toute explication sur le procédé). Toujours est-il que certains ont adopté la technique et se vantent d’éloigner le médecin sans manger leur pomme quotidienne (pour reprendre l’expression anglaise). Petite ombre au tableau, les personnes suivant ce « traitement » depuis des années ont ingéré (ou appliqué sur leur peau tout dépend) des quantités non négligeables de dérivés argentiques. En conséquence, certaines d’entre elles ont développé un Argyrisme irréversible (eh oui, non seulement on a l’air bête, mais en plus c’est pour toute la vie, un genre de tatouage intégral ridicule). Nous sommes donc en face d’une maladie fort stupide et plutôt funky, une sorte de punition divine pour ceux qui ont voulu jouer au docteur sans aller à la fac avant.

 

Références :

Systemic argyria associated with ingestion of colloidal silver. Akhil Wadhera MD and Max Fung MD. Dermatology Online Journal.

L’Argyrisme sur wikipedia (en anglais)

Article Funky ou Article pourri ?
73%
27%
Merci d'avoir voté ! 6162 vote(s)

Ajouter un commentaire

URL de rétrolien : http://ssaft.com/Blog/dotclear/?trackback/231