Quand on veut faire de l’astrophotographie, on se rend très vite compte que pour réaliser de beaux clichés, il faut donner de sa poche… et parfois de sa personne (expérience vécue quand j’ai failli perdre mes doigts à cause du froid pour réaliser mon timelapse d’une éclipse lunaire). Or tout le monde ne peut pas s’acheter un matériel de pro ou se procurer une sonde spatiale comme Cassini pour prendre Saturne et ses satellites en photo.
Mais ça ne signifie pas qu’on ne peut rien faire non plus! Je m’adresse à toi, pauvre photographe démuni: sache que tu peux tricher grave et surprendre tes amis en leur montrant par exemple cette photo…

"Devour", Christopher Jonassen
… que tu auras prise dans ta cuisine! Et oui! Pas la peine de braquer ton objectif vers les insondables ténèbres du cosmos: braque le plutôt sur le cul de tes poêles à frire! C’est en tout cas ce qu’a fait Christopher Jonassen pour réaliser une série de photographies qu’il a intitulée ‘Devour’. Il place des poêles usées sur un fond noir et prend la photo par dessous. Et cela donne de bien jolies (fausses) planètes.

"Devour", Christopher Jonassen


"Devour", Christopher Jonassen


"Devour", Christopher Jonassen


"Devour", Christopher Jonassen


"Devour", Christopher Jonassen


Et puisque vous êtes maintenant dans la cuisine, restez-y et jouez donc un peu avec votre liquide vaisselle: avec un bel objectif macro braqué sur des bulles de savon, vous réussirez peut-être à réaliser des photos aussi belles que celles du projet “Bubbles“ de Jason Tozer:

“Bubbles“ de Jason Tozer

 

“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer


“Bubbles“ de Jason Tozer

 

Tiens et puisque vous être près du robinet maintenant, je peux vous donner une autre astuce pour photographier des fausses planètes: placer l’image de l’objet céleste de votre choix en arrière-plan et shootez des gouttes qui tombent. Avec un peu d’entrainement et beaucoup de chance, vous arriverez peut-être à obtenir des clichés similaires à ceux de Markus Reugels:

planets, Markus Reugels

 

planets, Markus Reugels


planets, Markus Reugels


planets, Markus Reugels


planets, Markus Reugels

 

planets, Markus Reugels


planets, Markus Reugels


Bon, en réalité, ce genre de photographies nécessite tout de même un matériel et une installation assez complexe, jugez-plutôt:

Mise en place du projet planets, Markus Reugels
Pour la dernière technique que je vais vous présenter, il va falloir quand même sortir de son appartement, et se munir d’un objectif grand angle. Choix d’objectif assez contre-intuitif sachant qu’un grand angle sert essentiellement à prendre des photos de paysage. Et pourtant, en combinant et fusionnant plusieurs photos de paysage, voici ce qu’arrive à obtenir Catherine Nelson:

Little Planet, Catherine Nelson

 

En réalité, la technique employée par Catherine Nelson, appelée technique Little Planet ou tiny planet, n’est pas nouvelle. J’en avais d’ailleurs parlé dans cet article où un astrophotographe l’avait utilisée pour représenter un jour complet en une seule photo.
Mais si Catherine Nelson n’a pas inventé cette technique, elle lui donne bien certainement ses lettres de noblesse:

Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson


Little Planet, Catherine Nelson

 

Little Planet, Catherine Nelson

 

Little Planet, Catherine Nelson


Alors souvenez-vous amis astrophotographes amateurs: si le ciel est nuageux ou que votre portiflard tire la tronche, utilisez les techniques Fake Planet! (et en musique parce que c’est chic)


Liens:
Articles PetaPixel (1, 2, 3, 4)
Jason Tozer
Catherine Nelson
Christopher Jonassen
Markus Reugels