"> 2270-4027
Vas-y clique !
Chronique de la Tête au carré

Sur #laTAC - Bousiers coprophages et Eponges carnivores



l'ADN superstar ou superflic ?

Bousier
Cette semaine, sur les deux blogs scientifiques de Michel Alberganti et Ed Yong, on nous parle d’un célèbre amateur de bouses, le bousier ! Il s’agit en fait de plusieurs espèces de coléoptères coprophages qui ont l’habitude de façonner de petites boulettes d’excréments pour en faire des réserves. Ils ont une curieuse manière de s’y prendre : ils se mettent en équilibre sur leurs pattes de devant, tête en bas et poussent leur butin avec leurs pattes postérieures, le tout en marche arrière ! Et malgré tout, ils parviennent à aller tout droit, jusqu’à leur abris. Leur sens de l’orientation a du coup intéressé plusieurs équipes scientifiques. Des chercheurs ont montré que la plupart des insectes, bousiers y compris, utilisent la lumière polarisée du soleil pour s’orienter. Puis une équipe Suédoise a prouvé que certains bousiers pouvaient aussi s’orienter de nuit en utilisant la lumière polarisée de la lune cette fois ! Et bien cette même équipe vient de publier un article dans la revue Current Biology où elle explique que le bousier Scarabaeus satyrus peut toujours marcher en ligne droite, même lors d’une nuit sans lune. A votre avis quel est leur repère cette fois ? Et bien c’est la Voie Lactée. Pour le prouver, les chercheurs ont utilisé des protocoles astucieux et amusants : ils ont bandés les 2 paires d’yeux des bousiers et ils les ont aussi laissé déambuler dans un planétarium.

Bousier les yeux bandés

Ils ont découvert ainsi que le nombre et l’orientation des étoiles importait peu mais que c’était véritablement la présence de la bande d’étoiles de notre galaxie qui constituait le GPS des bousiers.


Chondrocladia koltuni

Autre curiosité zoologique aujourd’hui, découverte sur le blog de Sirtin : les éponges carnivores ! D’abord il faut rappeler que les éponges ou spongiaires, sont bel et bien des animaux et non des végétaux, même si elles ne possèdent ni système nerveux, ni système digestif et qu’elles se nourrissent d’ordinaire par un simple filtrage d’eau. Mais bon, l’évolution se moque bien de ce qui est ‘ordinaire’ et on a découvert de plus en plus d’éponges carnivores qui sont munies de pièges faits en spicules, qui ressemblent à du velcro et qui vont leur permettre de capturer des petits crustacés. Des cellules de l’éponge recouvrent la proie et la digère, selon un mécanisme encore peu compris. La dernière éponge carnivore à avoir été découverte dans les profondeurs océaniques (plus de 3000 mètres) au large de la Californie se nomme Chondrocladia lyra et ressemble à une fantastique harpe qui peut atteindre une hauteur de 36 cm de haut.

Chondrocladia lyra
A la différence d’une harpe cependant, chaque branche de cette éponge possède une boule produisant du sperme et des excroissances médianes où se trouvent des ovocytes. Une preuve encore que l’évolution se moque de l’ordinaire…

 

Emission à réécouter ici.

Article Funky ou Article pourri ?
59%
41%
1692 vote(s)

Ajouter un commentaire

URL de rétrolien : http://ssaft.com/Blog/dotclear/?trackback/686