2270-4027

Freaky Friday Parasite

[Freaky Friday Parasite] Le nématomorphe: un parasite qui pousse au suicide.




 

Les nématomorphes regroupent quelques centaines d'espèces de vers parasitaires. Comme vous pouvez le voir sur l'image plus haut, le ver adulte ressemble à une sorte de fil, ou de cheveu (d'où leurs noms communs de "hairworm" ou "gordian worm", ce dernier évoquant le nœud gordien dont les nématomorphes prendrait l'apparence lors de leur reproduction... je digresse? Ah bon...) A vrai dire, au cours de leur cycle de vie, seule leur forme larvaire nécessite de se développer dans un organisme hôte alors que les nématomorphes adultes vivent librement dans un milieu aquatique. Or, très souvent, l'organisme hôte est un insecte terrestre comme un grillon, un cricket, un cafard ou un scarabée. D'où un sérieux problème: comment retourner dans l'eau quand on est coincé dans la cavité interne d'un insecte strictement terrestre? Et bien en le poussant à se noyer voyons! Preuve en image avec ici un brave grillon des bois (Nemobius sylvestris) se jetant témérairement dans une piscine pour y relarguer le nématomorphe Paragordius tricuspidatus.
 

L'équipe de Frédéric Thomas, très rigoureuse, a voulu d'abord caractériser pleinement le comportement des hôtes et ils ont confirmé, à l'aide d'expériences en laboratoire et d'observations autour d'une piscine, que ce suicide était bien un comportement généré par le parasitisme du nematomorphe. Leurs observations suggèrent que le comportement "parasite" n'est pas une attirance pour l'eau à longue distance, mais plutôt que l'hôte va exhiber un comportement erratique jusqu'à ce qu'il aperçoive un point d'eau, moment à partir duquel un second comportement, spécifique, l'obligera à s'y noyer. Frédéric Thomas est en train de caractériser tous les gènes du Nematomorphe qui lui permettent de contrôler le comportement deson hôte à l'aide d'une approche dite de protéomique. Voici un interview où il explique un peu plus cette approche:
 

Fichier vidéo intégré



C'est au cours de ces recherches que son équipe à caractérisé un nouvel exploit réalisé par le nématomorphe. En effet, ce n'est un secret pour personne, mais un insecte qui se débat à la surface de l'eau va nécessairement attirer un bon nombre de prédateur comme des poissons ou des grenouilles. Si l'insecte volontairement se jette dans l'eau et ensuite s'agite frénétiquement tandis qu'un ver gigantesque lui sort du... enfin, s'extirpe de son orifice, pas étonnant qu'hôte et parasite se retrouvent souvent dans la gueule d'un plus gros prédateur. Et bien le nématomorphe, non content de s'extirper de l'hôte, va s'extirper du prédateur! Exploit quand on sait que le pauvre insecte, lui, reste bien dans l'estomac de la grenouille ou du poisson. Deux vidéos du phénomène sont nécessaires pour avoir une idée de la performance:
 



Même si le succès de cette fuite n'est pas toujours au RV, le nématomorphe à un taux de survie largement plus important que celui de l'insecte (par exemple, alors qu'aucun prédateur ne régurgite la proie parasitée, le nématomorphe s'extirpe de la bouche, du nez ou des branchies entre 18 et 35% des cas)...
Les applications sont immenses quand on pense à la lutte contre certaines invasions de sauterelles par exemple... ou en terme de spectacle de prestidigitation.

Références:
Ponton F., Lebarbenchon C., Lefèvre T., Biron D.G., Duneau D., Hughes D.P. & Thomas F. 2006. Parasite survives predation on its host. Nature 440(7085): 756 (PDF)
Biron D.G., Marché L., Ponton F., Loxdale H., Galéotti N., Renault L., Joly C., Thomas F. (2005) Behavioural manipulation in a grasshopper harbouring hairworm: a proteomics approach. Proceedings of Royal Society of London B 272: 2117-2126. (PDF)
Thomas, F.; Schmidt-Rhaesa, A., Martin, G., Manu, C., Durand, P., and Renaud, F. (May 2002). "Do hairworms (Nematomorpha) manipulate the water seeking behaviour of their terrestrial hosts?". J. Evol. Biol. 15 (3): 356–361. (PDF)

Liens:
Site de Frédéric Thomas, Chercheur CNRS.

Article Funky ou Article pourri ?
57%
43%
7978 vote(s)

Ajouter un commentaire

URL de rétrolien : http://ssaft.com/Blog/dotclear/?trackback/159

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.